Tout sur les smocks

echantillons-smocks
crédit photo Girls Own Store sur Pinterest

Les smocks sont une technique de broderie sur fronces, de telle sorte que les fronces restent élastiques, ce qui permet au tissu de garder une certaine souplesse. Avant que l’élastique ne soit inventé, on trouvait les smocks sur les poignets, les corsages, les encolures des vêtements où l’on ne souhaitait pas mettre de boutons (puisque cette technique donne de l’élasticité au tissu, il était facile d’enfiler une chemise smockée en bas des manches si les poignets n’avaient pas de boutons ni de boutonnières!)
Cette technique s’est développée en Angleterre, à partir du Moyen-Age. A la différence des autres types de broderies qui sont purement décoratifs et qui représentaient le niveau social, les smocks étaient pratiques et cela explique que le nom « smocks » vient d’un mot anglais désignant la chemise de travail du fermier.
Cette technique a été très employée au 18ème et 19ème siècles.

Matériel nécessaire pour faire des smocks

Pour faire des smocks, le tissu doit être assez léger, avec un tissage régulier et donne de jolies fronces. On fait des smocks la plupart du temps sur du voile ou de la popeline de coton ou de soie.
On utilise une aiguille spéciale avec du fil de coton ou de soie et il faut prévoir une largeur de tissu trois fois plus élevée que la largeur finale, en raison des plis effectués.
Pour faire des smocks, on peut plier le tissu d’une multitude de façons.

A l’époque, il fallait tout faire à la main (les fronces et les points de broderie). A partir de 1880, on trouvait du papier transfert spécial smocks: on le repasse sur l’envers du tissu pour marquer des points, à distance régulière; il ne reste plus qu’à faufiler en suivant ces points pour créer des fronces régulières.
Depuis les années 1950, on peut acheter des machines spéciales dites plisseuses : il s’agit d’une machine à cylindres entre lesquels passe le tissu et le passage des fils s’effectue en quelques minutes.

Les différents points de smocks

On réalise les smocks avant d’assembler les pièces du vêtement. En bref, on commence par marquer le tissu, sur l’envers, avec des points constituant une grille. On fronce le tissu en faufilant des points droits et en suivant la grille. Une fois tous les faufils effectués, on tire sur les fils pour froncer le tissu puis on attache les fils deux par deux.
Ce n’est qu’ensuite qu’on brode les smocks sur l’endroit du tissu. Il existe de nombreux points dont les plus courants sont :

1. le point câblé ou point arrière, qui s’exécute de gauche à droite : c’est un point serré qui prend deux fronces alternativement et qui donne deux rangées de points.

2. Le point de tige : il ressemble au point câblé mais le fil doit toujours rester en dessous de l’aiguille; il est plus resserré que le point câblé et chaque point est légèrement oblique.

3. le nid d’abeille : ils se travaillent de gauche à droite et c’est une variante de point câblé : au lieu de faire la seconde rangée de points juste en dessous, on laisse un peu plus d’espace entre les deux rangées. On peut également prendre 4 ou 6 plis à la fois, et il faut resserrer très fort les plis à chaque point.

4. le point de zigzag: C’est une variante du point de câble qui donne un chevron. On peut aussi obtenir des losanges.

5. Le point de losange (ou de chevron allongé) :  ce point forme une sorte de vagues et en le doublant, on obtient des losanges.

Les points d’ornementation

On peut surbroder les smocks, pour les embellir. On trouve ainsi :

1.le point de bouclette

2. le point de croix

3. le point de chainette qui permet de faire des pétales ou des chaines

D’autres techniques de broderie à découvrir

Vous pourrez également aimer les articles suivants :

Bonne couture ;)

Vous aimez ? Partagez !

Si vous aimez ce tutoriel, épinglez-le sur Pinterest, laissez un commentaire ci-dessous, ou bien suivez Petit Citron sur Facebook, Pinterest, Google+ ou encore abonnez-vous à la newsletter quotidienne !

Commentaires

  1. Carré Ghislaine a écrit le 29 juillet 2014

    Coucou bonjour ,
    J’aimerai en faire sur du lin léger, pensez vous que cela puisse être possible et facile, j’aimerai tellement pouvoir faire une jolie petite robe a ma petite princesse Louise de un an, ma petite fille, merci Perrine pour la reponse(ma n°2 s’appelle aussi Perrine…! ) merci bien amicalement

    1. perrineco a écrit le 30 juillet 2014

      oui, je dirais que ça doit marcher sur du lin!

  2. Sophie a écrit le 28 juillet 2014

    Je n’ai aucun problème à broder les smocks, mais j’ai beaucoup de mal avec ma plisseuse. Je serais beaucoup plus productive si elle était moins capricieuse…

sur Facebook

  1. Arielle Maurice-Réocreux Arielle Maurice-Réocreux a écrit le 28 juillet 2014

    J’en fais j’en fais et j’en fais ! Toujours à la main, jamais à la machine !

  2. Sabobine Sabobine a écrit le 28 juillet 2014

    je me suis préparée des tonnes tuniques à smocker! maintenant y’a plus qu’à :) à force d’en voir ça donne envie de s’y mettre!!

  3. Viviane Perez Viviane Perez a écrit le 28 juillet 2014

    J’ai appris avec ma mere et ma grand mere c’est assez long mais le résultat est incomparable avec du travail machine…

  4. Marie Creubes Marie Creubes a écrit le 27 juillet 2014

    Ce n’est pas complique du tout il faut juste de la patience…

  5. Marie Creubes Marie Creubes a écrit le 27 juillet 2014

    cours de couture en 5eme ou 4eme… que de souvenirs…C’est tres beau…

    1. PetitCitron PetitCitron a écrit le 27 juillet 2014

      Je n’ai pas eu droit à ça ;(

    2. Marie Creubes Marie Creubes a écrit le 27 juillet 2014

      vous devez etre plus jeune… j’ai 57 ans et au lycee il y avait cours de couture obligatoires comme maths, histoire geo etc.. de la 6 eme a la 3 eme. La façon dont j’ai appris est plus facile que je lien…

  6. Elody Paillette Elody Paillette a écrit le 27 juillet 2014

    Doris !!!!!!!!!!!

  7. Bernadette Fornara Bernadette Fornara a écrit le 27 juillet 2014

    pas facile a faire a mon avis

    1. PetitCitron PetitCitron a écrit le 27 juillet 2014

      non, mais ça donne envie ;)

  8. Sylvie Gaudillat Szabo Sylvie Gaudillat Szabo a écrit le 27 juillet 2014

    Moi c’est à la machine :D c’est hyper beau là..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajoutez une image à votre commentaire